Rencontre avec les travailleurs de la prison de Dinant

27/05/2016

COMMUNIQUE DE PRESSE - PS Dinant-Philippeville
Rencontre avec les travailleurs de la prison de Dinant : 
Un mois de grève pour une juste cause !

Ce matin, à la maison du PS Dinant-Philippeville, une délégation des travailleurs en grève de la prison de Dinant a rencontré les représentants de la Fédération socialiste de l’arrondissement, emmenés par les Députés Jean-Marc DELIZEE et Pierre-Yves DERMAGNE, ainsi que par le Président, le Vice-Président et le Secrétaire de la Fédération, Jean-Claude MAENE, Freddy CABARAUX et Laurent BELOT.

Pendant près de deux heures, les agents pénitentiaires, qui ont refusé à l’unanimité, hier, le protocole proposé suites aux dernières négociations avec le Ministre de la Justice, ont pu expliquer ou réexpliquer tant les causes de la grève que les réalités de la prison de Dinant et de ses 38 travailleurs.

Les représentants du PS, de leur côté, ont tenu a réaffirmer leur soutien aux travailleurs de l’administration pénitentiaire et à ceux de Dinant en particulier. Les attaques frontales du Gouvernement MR-NVA contre la fonction et les services publics sont insupportables et, plus singulièrement, les réductions linéaires imposées aux travailleurs des prisons sont intenables. Le plan dit “de rationalisation” voulu, pour les prisons, par le Ministre Geens et l’ensemble du Gouvernement fédérale est donc tout bonnement inacceptable.

Les travailleurs en grève ont tenu à sensibiliser les représentants politiques aux charges de travail, telles que plus aucune souplesse n’est permise dans le fonctionnement, notamment en termes de temps nécessaire à l’écoute et l’accompagnement spécifique des détenus. À propos de certaines annonces du Ministre, ils ont aussi souligné que les investissements dans les briques ne régleront en rien les problèmes humains rencontrés au quotidien. A ce titre, travailleurs et politiques ont insisté sur la nécessaire réflexion approfondie qui doit précéder toute éventuelle nouvelle implantation pénitentiaire à Sugny. Comment y permettre un accès rapide des services de secours? Comment faire face à la pénurie de médecins dans la région? Comment assurer des moyens de transports fréquents et rapides, tant au personnel qu’aux familles de détenus? Quelques questions parmi d’autres qui doivent préalablement trouver des réponses.

Les agents pénitentiaires dinantais ont aussi fait part de leurs craintes face aux différences faites par le Gouvernement entre la Flandre et les autres régions du pays. Ainsi, dans les propositions annoncées, 41 % des emplois nouveaux iraient au Nord du pays, les deux autres régions devant se partager le solde. De même, comme l’a indiqué récemment la presse, 60 millions d’€ sont annoncés pour des investissements dans les prisons flamandes, contre seulement 16 pour les établissements wallons.

Enfin, les travailleurs ont tenu à souligner comment, dans la plus petite prison du pays, des accomodements sont mis en place par toutes les parties afin d’assurer aux détenus les meilleures conditions de détention possibles. Douches, préaux, repas, appels téléphoniques sont ainsi assurés et, dès ce week-end, les visites, jusqu’ici bloquées pour raisons de sécurité, auront à nouveau lieu, moyennant certaines conditions.

Au terme de cette rencontre, il est à nouveau apparu de manière évidente que le mouvement du personnel pénitentiaire s’avère exemplaire en ce sens qu’il vise, avant toute chose, le maintien d’une certaine qualité dans le fonctionnement des prisons, voire l’amélioration de celui-ci.

Reportage de Matele - 27/05/2016