Ma question d'actualité au Ministre Ducarme sur le scandale VEVIBA

Séance plénière

Six mois après l’affaire des œufs au FIPRONIL, nous nous retrouvons face à un nouveau scandale sanitaire dont nous ne mesurons pas encore toutes les conséquences, toutes les ramifications !

 

Vous avez-vous-même parlé de « pratiques mafieuses ».

Vous nous avez annoncé d’emblée un audit externe de l’AFSCA. Ce même audit que les Députés de l’opposition réclamaient il y a 6 mois.

 

A l’époque, vous avez fermé la porte. La majorité a refusé cet audit externe en nous disant : « circulez, il n y a plus rien à voir ! » Affligeant !

Et bien si, « il y avait encore beaucoup à voir, à analyser ».

Car, aucune leçon n’a été tirée de la crise du FIPRONIL !

 

Aujourd’hui, l’étau se resserre encore sur le patron de l’AFSCA, suite aux déclarations du Ministre GEENS en commission de la Justice ce mercredi.

 

Aujourd’hui, l’étau se resserre encore sur le patron de l’AFSCA, suite aux déclarations du ministre Geens (sur base d’infos du Parquet général) en commission de la Justice ce mercredi.

Ainsi, « bien que l’Agence fût au courant depuis le début, elle ne s’est jamais manifestée auprès du magistrat instructeur pour faire valoir la nécessité d’une intervention urgente ».

Que vous inspire cette réponse ?

 

Dans ces conditions, comment imaginer que « le fusible commode » ne saute pas ?

Pourtant, il ne faudrait pas vous dédouaner de toute responsabilité.

Comme ministre de tutelle, vous êtes responsable du bon fonctionnement de l’échange d’informations administratives et judiciaires.

 

En octobre 2017, vous avez annoncé dans votre NPG la mise en place d’ « un protocole d’accord précisant les modalités d’échanges et de communication entre votre cabinet et l’AFSCA ».

1° ce protocole d’accord a-t-il été mis en place ?

Si oui, quand ? Et comment comprendre alors que vous n’êtes au courant de rien avant les perquisitions du 28 février ?

Si non, pourquoi ? Et n’y a-t-il pas, alors, un défaut de prévention dans votre chef ?

 

Les citoyens, les consommateurs, nous avons tous besoin de plus d’AFSCA et surtout de mieux d’AFSCA !

 

Faire sauter un fusible, c’est facile !

Le but n’est pas de désigner un bouc émissaire mais de réformer en profondeur le fonctionnement et les procédures de contrôle.

Et les échanges d’information.

Garantir la transparence et la traçabilité.

Les moyens de l’AFSCA qui ont été réduits par votre gouvernement sont aussi en cause.

Comment faire plus de contrôles avec moins de moyens ? Gouvernement de magicien ?

Si des fautes ont été commises, il faut en endosser les responsabilités.

Je le redis comme Ministre de tutelle, vous êtes responsable du bon fonctionnement de l’échange d’informations administratives et judiciaires.

La tutelle de l’AFSCA doit être confiée à la SP.