Le Parc Naturel en fête !

17/10/2016

Pour la 12ème année consécutive, le Parc naturel Viroin-Hermeton était en fête le week-end du 15 et 16 octobre dans le cadre si naturellement coloré du Parc communal à Nismes. L’occasion de rencontrer les différents exposants, producteurs, artisans locaux, venus présenter leurs produits lors de cet événement phare de l’automne : la « Fête du Parc Naturel ».

Couvrant des territoires ruraux avec des paysages remarquables et une flore et une faune exceptionnelles, le Parc naturel a pour missions de préserver et de mettre en avant nos richesses – souvent fragiles et parfois même, menacées –, et de protéger notre patrimoine, qu’il soit naturel, paysager, architectural et culturel.

Mais le Parc naturel Viroin-Hermeton, ce n’est pas seulement ça ; c’est aussi un territoire de projets offrant un véritable pôle de services sur lequel peuvent s’appuyer tant les communes que les citoyens. Ensemble, il s’agit de réfléchir au devenir du territoire et de porter un projet de développement durable, qui garantit l’activité sociale, économique et touristique de l’entité.

Le Parc Naturel se doit d’être rassembleur !

C'est ainsi qu'une dynamique transcommunale s’est mise en place au sein du Parc Naturel Viroin-Hermeton, car, d’évidence, l’avenir n’est pas aux parcs mono-communaux, mais bien aux projets qui couvrent des territoires plus vastes. Un message porté aussi, à juste titre, par la Région wallonne, « […] un parc naturel ne doit pas s’arrêter aux limites d’une commune, mais doit être un projet trans-communal à l’échelle d’un bassin de vie. » (DGO3)

De plus, avec ses quelque 12.000 hectares, le Parc Naturel fait figure de petit Poucet à l’échelle régionale et européenne ; ce qui constitue un réel frein pour faire passer des messages et accéder à des projets de plus grande ampleur. 

C’est pourquoi, un dialogue a été ouvert avec les communes voisines afin d’élargir le Parc Naturel Viroin-Hermeton.

Et, pourquoi se limiter à la seule Belgique alors que nous vivons dans une Europe ouverte ? Pourquoi ne pas aller voir ce qui se passe « au-delà des frontières » ? Pourquoi ne pas se tourner vers une dynamique transfrontalière ?

Sur ces questions, le Parc Naturel a tranché avec la mise en place de projets d’envergure européenne (le projet « Ardenne Attractivity », la reconnaissance du territoire du Sud Entre-Sambre-Et-Meuse en tant que « Geoparc » et la réflexion  autour de la création d'un Groupement Européen de Coopération Territoriale en collaboration avec les autorités politiques françaises).

En effet, pourquoi ne pas voir grand et concrétiser un projet transfrontalier en créant un trait d’union avec les régions françaises et réaliser la jonction entre le Parc naturel régional des Ardennes et le Parc naturel régional de l’Avesnois ?

Aujourd’hui, faisons tomber le cliché – bien trop souvent ressassé –, celui d’un Parc naturel enfermé dans une pure logique de conservation de la nature. Un Parc naturel n’est pas une réserve naturelle, c’est un territoire de vie.  L’objectif affirmé est clairement une gestion cohérente du territoire et, certainement pas, un repli sur soi.

Une certaine vision passéiste du tourisme doit, aujourd’hui, faire place à une conception intégrée, ambitieuse et novatrice, avec une visée transcommunale et clairement européenne ! 

Lire l'entièreté du discours