Inauguration du Moulin de Tromcourt

10/09/2019

 

Le 7 septembre 2019,

Boussu-en-Fagnes

 

 

Inauguration du Moulin de Tromcourt

 

Chère Paulette,

Cher Fernand,

Mesdames, Messieurs en vos titres et qualités,

 

Il n’est pas besoin d’enquête d’opinion ni de micro-trottoir parmi cette assemblée pour dire que ce que l’on ressent toutes et tous ici ce matin, c’est de l’admiration, et ce, à plusieurs titres.

 

Tout d’abord, nous sommes en admiration face à cet édifice restauré.

 

Ce que nous vivons ici maintenant est exceptionnel.

 

Du haut de ce moulin, 203 ans d’histoire(s) nous contemplent…

 

Ce qui nous impressionne, tout d’abord, c’est ce chemin parcouru. Comme l’a dit Fernand, la ruine dangereuse, menaçante connaît aujourd’hui une nouvelle jeunesse.

 

On pourrait presque faire ce raccourci historique :

1816 – 2019 : de la Restauration, à la restauration.

Je veux parler de la Restauration (avec majuscule), celle de la monarchie Française et de Louis XVIII à la restauration (avec minuscule), du moulin de Tromcourt par Fernand et Paulette.

 

C’est une tendance lourde actuelle, les gens sont de plus en plus attachés au patrimoine de leur terroir.

 

La date choisie pour l’inauguration du moulin de Tromcourt a donc tout son sens lors des journées du patrimoine organisées de longue date par la Wallonie.

 

Ensuite, nous sommes en admiration pour l’ampleur de la tâche accomplie mais surtout pour les prouesses techniques des artisans qui ont réalisé et replacé au millimètre la toiture et les ailes. Je m’associe aux mots de Fernand pour féliciter ces artisans-bâtisseurs qui ont accompli ici un exploit de haut vol, si je puis dire…

Aux compagnons du Devoir, aux charpentiers de Troyes, je dirais, tout simplement : chapeau !

 

Le résultat est superbe.

Et on lit l’émotion sur les visages : ce moulin ainsi restauré est une œuvre d’art !

 

Enfin, notre admiration va bien évidemment aussi au couple sympathique qui est à l’origine de ce bonheur partagé. Est-il besoin de le nommer ? Fernand et Paulette ; Paulette et Fernand…

 

Paulette, quelle chance tu as d’avoir un homme qui a autant d’idées, autant de projets, autant d’aventures à te faire vivre… !

Et toi, Fernand, quelle chance tu as d’avoir ta Paulette à tes cotés qui te soutient, te tempère et partage tes passions et tes aventures… !

 

Elle t’a fort heureusement dissuadé de t’occuper de la restauration de Notre-Dame de Paris (en 5 ans, dixit Macron) J mais, par contre, elle a dit « oui » pour le musée de la vie rurale à Cul-des-Sarts… ça, c’est déjà le nouveau challenge.

 

Au nom de tous et en mon nom personnel, je vous remercie chaleureusement et vous félicite d’avoir entrepris, conçu et finalisé la restauration de ce moulin et de lui avoir rendu cette nouvelle jeunesse.

 

C’est un cadeau que vous faites aux couvinoises et couvinois ;

c’est un cadeau que vous faites aux générations présentes et futures !

 

Car, pour faire écho au discours de Fernand, oui, il a fière allure votre moulin !

 

A la fin de son allocution, Fernand nous dit, en substance : Paulette et moi, on a fait notre part du job – et ce n’était pas gagné ! –, maintenant, il appartient aux acteurs régionaux de faire le leur et de mettre en valeur ce patrimoine.

 

Le message est clair et il est lancé aux forces vives couvinoises et régionales : les « passeurs de mémoire » passent le témoin aux acteurs culturels et touristiques de la région.

 

Je ne doute pas que ceux-ci vont répondre présents audit appel.

 

Fernand a déjà évoqué des synergies possibles, notamment la proximité de l’Eau d’Heure, à quelques encablures de Tromcourt en vélo électrique

 

Il y a une roue à aubes à Nismes et un moulin à vent à Tromcourt.

 

Le moulin de Tromcourt va produire de la farine et l’Ecomusée de Treignes enseigne la fabrication du pain à l’ancienne aux groupes scolaires, aux familles.

Il fallait bien, Fernand, qu’avec un nom prédestiné,  – Platbrood – tu contribues à la fabrication du pain… 

 

Ce  que je peux vous dire, en ma qualité de Président de la Maison du Tourisme Pays des Lacs, c’est que nous serons très attentifs à toutes les possibilités de partenariats à mettre en place, aux circuits, aux produits touristiques nouveaux à concevoir et à promouvoir. Ce moulin offre, en effet, de nouvelles opportunités et constitue une valeur ajoutée pour l’attractivité de notre région.

 

Je termine en paraphrasant Bernard Tirtiaux, créateur de la cathédrale de lumière à Oignies : « L’artisan ramasse ses outils et se retire pour laisser à la lumière, au vent et aux hommes la jouissance de l’œuvre ».

 

 

Jean-Marc Delizée

Député fédéral

Président de la Maison du

 Tourisme Pays des Lacs.