Emplacements pour personnes handicapées lors du marché de Couvin

Quelles solutions ?

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames, Messieurs les Echevins,

 

Le week-end dernier, lors de la fête de Oignies, j’ai été interpellé par un concitoyen de Viroinval, Monsieur Daniel Lurquin, qui proposait à la signature une pétition intitulée : « Pour des places de parking pour handicapés sur la Place les jours du marché de Couvin ».

J’avais lu les articles de presse faisant état d’une amende de 116€ décernée à l’intéressé, personne handicapée amputée d’une jambe et portant une prothèse, pour stationnement interdit sur la Place de Couvin le jour du marché hebdomadaire (amende confirmée par le sanctionnateur).

En tant qu’ancien Secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées, je ne vous cache pas que j’abonde dans le sens de Monsieur Lurquin car sa revendication est légitime et conforme à la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées, approuvée par l’Assemblée Générale de l’ONU le 13 décembre 2006. La Belgique a signé cette Convention le 30 mars 2007 et ratifié celle-ci le 2 juillet 2009.  Elle est entrée en vigueur le 1er août 2009 au niveau national.

Pour faire bref, cette Convention de l’ONU enjoint les pouvoirs publics des Etats Parties à faire leurs meilleurs efforts pour garantir l’accès aux droits et l’inclusion des personnes handicapées dans la vie de tous les jours.  Cela suppose notamment la réalisation d’aménagements raisonnables pour assurer l’accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR) aux lieux publics, aux bâtiments publics, aux évènements publics, etc.

Ce combat pour une société inclusive, je continue de le mener sans relâche en tant que parlementaire fédéral.                  

Dans le cas présent, il me semble que réserver, par exemple, deux emplacements pour PMR sur la Place Général Piron le jour du marché hebdomadaire constitue un aménagement (très) raisonnable !

Je vous invite à étudier cette question et à mettre en œuvre une solution adéquate permettant à des personnes dont les problèmes de mobilité sont reconnus par l’autorité compétente (la DGPH du SPF Sécurité Sociale) d’avoir accès au marché local.

Car la réponse consistant à dire « la loi est la même pour tout le monde » est une manière de se défausser de ses responsabilités et de nier la question essentielle : l’inclusion de la personne handicapée dans la société.

Depuis une décennie, les politiques publiques en Belgique, dans l’esprit de la Convention de l’ONU, consistent à « gommer les différences » et à adapter l’environnement pour le rendre accessible aux personnes non valides ou moins valides.

Dans cet esprit, je vous invite à participer à l’opération « handicity » organisée depuis 2001 par l’«Association Socialiste de la Personne Handicapée» (ASPH) qui soutient les Communes dans la mise en place de politiques inclusives.  L’ASPH octroie notamment des conseils gratuits pour les aménagements raisonnables dans les bâtiments publics (www.asph.be).

La présente démarche se veut constructive et hors de toute polémique.

J’espère sincèrement que le collège et le conseil communal de Couvin apporteront une réponse positive à la présente question, de manière ponctuelle s’agissant du marché hebdomadaire et, de manière plus globale, en vue de l’accès des personnes en situation de handicap à leurs droits fondamentaux.

En vous remerciant, recevez, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevins, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

 

 

Jean-Marc DELIZEE