20 ans !

Mes 20 ans de vie parlementaire

Vendredi 14 juin 2013

invitation 20 ans au parlement

Album photo

"On n'a pas tous les jours 20 ans...au Parlement !"
Telle était la phrase de mon carton d'invitation à cette soirée anniversaire célébrée.
Cette soirée s'est déroulée vraiment comme je l'espérais : sympathique, conviviale, pleine d'émotions et de souvenirs.
Je suis passé de surprise en surprise... le nombre d'amis présents, l'arrivée d'Eliane Tillieux et, surtout, quand mon épouse, Ariane, s'est mise à faire un speech !
J'ai beaucoup apprécié et, en même temps, ai été fort ému d'entendre les discours de Jean-Claude Maene et de Freddy Cabaraux, deux grands amis et de voir la vidéo envoyée et réalisée par Philippe Moureaux.
Je remercie les nombreux auteurs des messages téléphoniques, sms et posts Facebook, mais aussi tous ceux qui ont participé à l'organisation de cette soirée, les membres de l'USC, de mon équipe du bureau de Nismes et de ma famille.
C'est grâce à eux que ce fut une telle réussite !
Merci aussi à Léon Vandeloise et Jules Farcy pour leurs photos.
L'Avenir a publié un article ce lundi 24 juin.
 


20 ans – 20 photos (en construction)

1. 18 juin 1993
Après ma prestation de serment à la Chambre, le 10 juin 1993, cette soirée d’hommage à mon père a représenté, pour moi, un véritable point de départ dans ma vie politique ; mon premier rendez-vous face aux militants.
Le moment était symbolique, l’émotion palpable.
J’étais très tendu et je ne voulais pas (trop) improviser pour dire mes sentiments, mes convictions, mon engagement.
Dans l’ordre et avec force.
Ce fut une sorte de profession de foi.

2. Visite de Danielle MITTERRAND à Viroinval
FRANÇOIS était un homme ambigu.
Il a incarné l’espoir. Il a réussi, après tant d’années, à ramener la gauche au pouvoir en France.
Le 10 mai 1981 a marqué l’histoire du Parti socialiste français et de la France toute entière.
La « force tranquille » avait triomphé.
Chacun se souvient de cette extraordinaire explosion de joie ; partout, c’était la liesse populaire, l’euphorie,…
Son bilan est mitigé, fait d’avancées et de regrets.
Ses funérailles furent un grand moment d’émotion. L’homme a marqué son temps.
DANIELLE est sortie de l’ombre.
Après une longue lutte contre sa timidité naturelle, elle s’est engagée. Corps et âme.
J’aurais tant voulu mettre en place à Viroinval, une antenne belge de sa Fondation « France libertés ».
On a partagé un petit bout de chemin, un engagement, des convictions.
Une femme de cœur, admirable.
Je vous l’avoue, je suis résolument,… « DANIELLEMITERRANDISTE ».

3. « Ensemble contre le racisme, pour une Europe solidaire », Viroinval, le 11 novembre 1997
Un lieu et une date symboliques pour présenter un travail pédagogique de lutte contre le racisme et la xénophobie.
Une journée formidable ; européenne, multiculturelle, haute en couleurs.
J’ai ressenti un très fort sentiment d’humanisme dans la salle, une communion d’esprit au-delà de toutes les différences.
Un grand souvenir !

4. Auschwitz avril 1999
Les livres, les films, les photos racontent l’histoire, les crimes, la tragédie humaine.
Mais rien n’est comparable avec ce que l’on peut ressentir sur place. Sur les lieux du crime contre l’humanité.
Avec les quarante jeunes que l’on accompagnait, c’était notre première visite dans un ancien camp d’extermination nazi.
Le choc.
Le voyage qui interpelle, qui fait réfléchir. Le voyage nécessaire, le devoir de mémoire.
« Plus jamais ça », disait-on, pensait-on très fort.
Et pourtant le RWANDA, l’EX-YOUGOSLAVIE, le DARFOUR,…
Je n’oublierai pas.
Nous n’oublierons pas.
Les jeunes ont été formidables.
Et leurs textes écrits au retour et leur pièce de théâtre !
Bravo, les jeunes !
Quelle leçon !

5. Construisons notre EUROPE
Le 6 août 1997, quelques mois avant le Sommet d’Amsterdam qui décidera entre autre l’élargissement de l’Union Européenne, Mr Erik DERIJCKE, Ministre des Affaires étrangères donne la première conférence en forêt de sa carrière politique.
Il a ainsi débattu de l’avenir de l’Europe en son centre géographique et au pied de la « cathédrale de lumière ».
Pouvait-on trouver contexte plus symbolique ?
OUF ! L’orage a attendu deux heures…

6. Lille, le 10 juin 1999
Socialistes français et belges se retrouvent côte à côte lors de la campagne pour les élections européennes de 1999. C’est l’occasion de rencontrer François HOLLANDE mais aussi Martine AUBRY et Ségolène ROYAL.
C’est avec eux et bien d’autres que les socialistes poursuivent leur action pour une Europe plus forte, plus sociale et plus démocratique.

7. Ramallah, le 31 janvier 2004

Yasser Arafat
L’homme était chaleureux.
Petit, âgé, malade, assiégé, mis sous pression ; il dégageait une force exceptionnelle.
Il a reçu notre délégation dans sa « résidence présidentielle », sa « Moukhata» à trois quarts détruite, avec une simplicité déconcertante.
Président élu de l’Autorité palestinienne, il vivait en reclus, comme un prisonnier de guerre.
Controversé, décrié, humilié par ses ennemis, il restera pour l’histoire, la figure emblématique de la cause palestinienne.
En douze années de vie politique, ma (deuxième) rencontre avec Yasser ARAFAT, chez lui si je peux dire, a été certainement le moment le plus fort.
La lutte continue.
Vive la PALESTINE LIBRE !

8. Chatila, septembre 2002
Les enfants de Chatila.
Les enfants de Jabalia.
Les enfants des camps de réfugiés palestiniens.
Les enfants de tous les camps de réfugiés du monde.
Le regard de ces enfants vous interpelle. Il vous suggère : « dites au monde que l’on existe ».
Le sourire de ces enfants est un moment de bonheur.
La dignité de ces enfants est admirable.
Ils vous disent que l’homme est capable de transcender ses peurs, ses haines, pour construire un monde meilleur ou, pour commencer, tout simplement vivable.
Ce voyage – je pourrais le qualifier d’initiatique – à la rencontre des Palestiniens au Liban m’a marqué.
Après n’est plus comme avant.
La réalité rapportée a fait place à la réalité vécue.

9. Inauguration de la rue Roger Delizée à Oignies-en-Thiérache, le 12 juin 2001

10. Elections législatives du 18 mai 2003

11. Le 2 novembre 2004 – Les élections américaines
La mission OSCE : une grande chance et une très belle expérience.
Les élections présidentielles américaines : un vote historique pour des choix de société.
Il y a deux Amériques.
Celle qui a applaudi frénétiquement Michaël MOORE, auréolé d’une palme d’or à Cannes pour son « Fahrenheit 9/11 » (une satyre de Georges W BUSH), et celle qui a encensé Mel GIBSON pour sa version très « hard » de « La passion du Christ ».
La victoire de BUSH interpelle tous les démocrates. Son premier mandat a été caractérisé par le mensonge et l’affairisme.
Il a toutefois été réélu.
Le combat de tous les démocrates, aux Etats-Unis comme partout dans le monde – aussi en Russie, en Ukraine, en Israël,… - est un combat pour faire triompher l’éthique et la vérité.
Depuis mon retour des Etats-Unis, je rappelle inlassablement cette phrase prémonitoire de l’écrivain anglais, Georges ORWELL : « In time of universal deceit, telling the truth is a revolutionary act ».
« En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ».

12. Le 15 juillet 2004 - Vice-Présidence de la Chambre des Représentants